MenuVie et oeuvre de Frank HERBERTLes livres du cycle de DuneQue veut dire...?Dune en dessins et peinturesLes couvertures de livres issus du monde entierLe film de David LynchBandes originales du filmJeux s'inspirant de l'univers de DuneAutre oeuvre majeure: HypérionLiensContactez-moi

Le film culte de David Lynch.


Dune, 1984, Etats-Unis, 2h20. Todd-AO. Technicolor.

Réalisation: David Lynch
Production: Fox
Producteur: Universal - Raffaella De Laurentiis
Producteur assistant: Jose Lopez Rodero
Scénario: David Lynch d'après le roman de Frank Herbert
Montage: Antony Gibbs
Décors: Anthony Masters
Effets spéciaux mécaniques: Kit West
Effets spéciaux photographiques: Barry Nolan
Effets spéciaux visuels additionnels: Albert Whitlock
Superviseur des créatures: Carlo Rambaldi
Costumes: Bob Ringwood
Directeur de la photographie: Freddie Francis
Musique: Toto, Brian Eno (Thème de la Prophetie)
Interprètes: Kyle MacLachlan (Paul Atréides), Juergen Prochnow (Le Duc Leto Atreides), Francesca Annis (Dame Jessica Atreides), Alicia Witt (Alia Atréides), Freddie Jones (Thufir Hawat), Richard Jordan (Duncan Idaho), Patrick Stewart (Gurney Halleck), Dean Stockwell (Le Docteur Wellington Yueh), Jose Ferrer (L'Empereur Padishah Shaddam IV), Virginia Madsen (La Princesse Irulan), Max Von Sydow (Liet-Kynes), Linda Hunt (La Shadout Mapes), Sean Young (Chani Liet-Kynes), Everett McGill (Stilgar), Kenneth McMillan (Le Baron Vladimir Harkonnen), Sting (Feyd-Rautha), Brad Dourif (Piter De Vries), Paul Smith (Le Comte Glossu Rabban), Leonardo Cimino (Le Docteur du Baron), Jack Nance (Nefud), Silvana Mangano (La Révérende Mère Ramallo), Sian Phillips (La Révérende Mère Gaius Helen Mohiam).


L'HISTOIRE

 

En l'an 10191, l'Empereur Shaddam IV qui règne sur l'univers connu, établit une alliance avec les Harkonnen de la planète Giedi Prime pour éliminer la trop influente Maison des Atréides, et plus particulièrement leur chef, le duc Leto, de la planète Caladan. Pour réussir ce projet funeste, l'Empereur offre la planète Arrakis, aussi nommée Dune, en fief aux Atréides où ils doivent être assassinés par les terribles Harkonnen. Deux survivants échapperont au massacre : Paul Muad'Dib, l'héritier du trône Atréides et sa mère Jessica. Après avoir été attaqués par les vers géants et sauvés des griffes du baron Vladimir, ils sont secourus par les mystérieux Fremen. Ces habitants de Dune consomment l'épice qui assure pouvoir et longévité. Ils vivent dans l'attente de la venue du Messie qui doit leur rendre leur liberté, ils voient en Paul leur Prophète.


LE REALISATEUR

DAVID LYNCH

 


Né le 20 janvier 1946 à Missoula, petite ville américaine perdue au fin fond du Montana, David Lynch passe son enfance au milieu de la nature. Puis il part étudier les beaux-arts à Boston et à l’Académie de Pennsylvanie. C’est à cette époque qu’il réalise ses deux premiers courts métrages, The Alphabet (1967) et The Grandmother (1969), qui lui vallent plusieurs prix.
Installé dans un quartier sinistre de Philadelphie, il vit des moments difficiles lorsque sa fille, Jennifer, vient au monde avec une malformation du pied. Cette période sombre de sa vie lui inspirera plus tard le scénario de son premier long métrage, Eraserhead, qu’il achève en 1977. D’inspiration à la fois baroque et surréaliste, baignant dans une atmosphère oppressante, le film remporte un vif succès et se mérite une mention spéciale au festival d’Avoriaz, en France, en 1978.

Peu après, Mel Brooks propose à Lynch de réaliser The Elephant Man (1980), avec un budget 25 fois plus élevé que pour Eraserhead. Le film, qui met notamment en vedette Anthony Hopkins, John Hurt et Anne Bancroft, fait un triomphe et se voit décerner huit nominations aux oscars. En 1984, le réalisateur accepte de porter au grand écran Dune, la célèbre saga de l’écrivain américain Frank Herbert. Si cette superproduction de 50 millions de dollars (contre 200 000 pour Eraserhead !) s’avère un échec commercial retentissant, son film suivant, Blue Velvet (1986), constitue un véritable tournant, à la fois dans sa carrière et dans sa vie personnelle, puisqu’il tombe amoureux d’Isabella Rossellini pendant le tournage.

Nominé aux oscars, Blue Velvet renferme déjà toute la dose de noirceur et d’étrangeté qui va bientôt faire de Lynch un réalisateur décidémment hors normes à Hollywood. En 1990, nouvelle consécration, il remporte la palme d’or au Festival de Cannes pour Wild at Heart (Sailor et Lula), avec notamment Nicolas Cage, Laura Dern et Willem Dafoe. La même année, les premiers épisodes de sa série télévisée Twin Peaks remportent également un énorme succès dans le monde entier. À tel point que deux ans plus tard, il décide d’en tourner le prologue pour le cinéma dans Twin Peaks : Fire Walk with Me, qui raconte les sept derniers jours de la pulpeuse et perverse Laura Palmer.

Puis il tourne Lost Highway (1997), avec Bill Pullman et Patricia Arquette, ainsi que The Straight Story (1999), avec Richard Farnsworth, Sissy Spacek et Jane Galloway, notamment. Plus récemment, on lui doit le très remarqué Mulholland Drive (2001), avec Justin Theroux, Naomi Watts et Laura Elena Harring.

Haut de la page.


GENESE D'UN FILM CULTE

 

1965, Frank Herbert publie Dune. Ecrivain de science-fiction connu des amateurs, il va connaître avec cette nouvelle œuvre un succès sans précédent. Cinq autres volets suivront, et Dune va devenir la série la plus populaire et la plus marquante de l'histoire de la science-fiction.

Très vite, le cinéma s'intéresse au phénomène: le producteur Arthur P. Jacobs (La Planète des Singes) en acquiert les droits, mais le projet est difficile à monter et tombe à l'eau à la suite du décès de Jacobs en 1973. Deux ans plus tard, Michel Seydoux se lance dans l'affaire et engage le célèbre scénariste Alexandro Jodorowsky (essentiellement connu pour ses bandes dessinées).

Pour les rôles principaux: Orson Welles, Alain Delon, Mick Jagger, Charlotte Rampling, Salvador Dalì, Amenda Lear entre autres sont pressentis. Rien que ça ! Côté musique, le staff est également prestigieux: Pink Floyd et Magma. Malheureusement, le projet prend une telle ampleur que Michel Seydoux y renonce de peur de tomber dans un gouffre financier.

1978, Dino De Laurentiis, grand producteur, rachète les droits de Dune et engage Ridley Scott en tant que réalisateur. Estimé à 50 millions de dollars (une fortune pour l'époque) le budget effraie les responsables d'Universal qui se retirent du projet. Du coup, Ridley Scott abandonne Dune et s'en va tourner Alien puis Blade Runner.

Pour relancer la machine, De Laurentiis fait appel à David Lynch, qui vient de triompher avec Elephant Man. Durant un an, le réalisateur écrira sept versions du scénario. Parallèlement, il s'occupe de la conception visuelle, des repérages et du casting.

Le 30 mars 1983, le tournage commence. Il durera vingt-trois semaines et accumulera les déboires. Ce sont d'abord des costumes et matériels bloqués par la douane mexicaine, puis 35 000 figurants se présentant en avance suite à une erreur de planning. Sans oublier la découverte d'un immense charnier d'animaux sur l'un des décors naturels et la série d'épidémies qui frappera l'équipe.
Au terme de cet incroyable marathon, le film pourra enfin voir le jour.

Haut de la page.


LA CRITIQUE

 

"Dune, c'est Lawrence d'Arabie dans la galaxie de Flash Gordon... Un vrai poème cinématographique, une B.D. en 24 images/secondes, du lyrisme, de l'aventure, du rêve: une saga à voir en chaise longue comme sur le pont-promenade d'un paquebot, en toute quiétude et éblouissement d'un coucher de soleil."

Le Parisien

"Le film culte de toute une génération. Plus d'une décennie après, le film n'a rien perdu de sa poésie ni de son charme mystérieux."

Le Nouvel Observateur

"DUNE impose son univers impitoyable dans lequel on reconnaît quêtes et rites de "l'Heroic Fantasy". Et dans le silence effrayant des espaces infinis, on voit un rêve surréaliste... Le résultat est enchanteur."

Télérama

"N'hésitez pas à vous embarquer dans les années 10 000, sur cette planète où le sable est roi. Vous ne regretterez pas le voyage."

Télé 7 jours
(Télé 7 jours étant plutôt un vilain magazine, j'ai fait figurer cette dernière critique uniquement parce qu'elle est bonne...)

Haut de la page.


PERSONNAGES PRINCIPAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MAISON DES ATREIDES

 

 

Paul Atréides - Usul - Muad'Dib.

 

 

 

Le Duc Leto Atréides.

 

 

 

 

 

Dame Jessica Atréides.

 

 

 

 

 

 

Gurney Halleck.

 

 

 

 

 

 

 

Ducan Idaho.

 

 

 

 

Alia Atréides.

 

 

 

 

 

Le mentat Thufir Hawat.

 

 

 

 

Le Docteur Wellington Yueh.

 

 

 

 

MAISON DES HARKONNEN

 

 

Le Baron Vladimir Harkonnen.

 

 

 

 

 

 

 

Feyd Rautha.

 

 

 

 

 

Le mentat Piter De Vries.

 

 

 

 

 

 

 

Rabban "la Bête".

 

 

 

 

Un soldat Harkonnen.

 

 

 

 

QUELQUES FREMEN

 

 

Stilgar.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Shadout Mapes.

 

 

 

 

 

 

Chani.

 

 

 

 

 

Harah.

 

 

 

 

 

Un prêtre.

 

 

 

 

 

 

QUELQUES MEMBRES DE L'IMPERIUM

 

 

L'Empereur Padishah Shaddam IV et sa fille, la Princesse Irulan.

 

 

 

Le Docteur Liet Kynes.

 

 

 

 

Un sardaukar.


Haut de la page.


DESIGN DU FILM

Haut de la page.


EXTRAITS DU FILM

• VIDEOS:

La scène d'ouverture. (9,07 Mo) [Cliquez uniquement sur "Enregistrer".]

Un rapport de la guilde... (5,47 Mo)

• PHOTOS:

Arrivée d'un navigateur de la Guilde.

Le duel entre Muad'Dib et Feyd Rautha.

L'épreuve de la boîte.

Muad'Dib enseignant "l'art étrange".

Haut de la page.